visiteur(s)

Mes coups de gueule

La voix de la majorité silencieuse

Le lanceur de chat écope d’un an de prison - Actualité

de papebob - 5 mars 2014 -
Mots-clefs: .

Le défaut d’internet est de mettre en avant la seule condamnation par rapport aux faits reprochés et le raccourci est vite pris pas certains internautes de comparer les peines aux fautes sans tenir compte de la personnalité de l’auteur et de se demander si, dans les violences conjugales, la lourdeur de la peine est aussi importante. C’est un fait de violence gratuite et utilisé pour faire le buz sur internet, reste à savoir si ce n’est que de la bêtise car l’auteur n’aurait pas mesurer la gravité des faits ou si c’est un acte volontaire qui prouve que l’auteur est incapable de compassion pour un être vivant beaucoup plus faible que lui. Je n’irai pas comparer ce geste à d’autres car, après avoir lu le pédigrée de l’auteur, je ne lui trouve que des circonstances aggravantes car il ne peut, même pas bénéficier d’un sursis et je trouve que la peine est légère car il aurait du écoper du double comme le permettait la loi. Il faut arrêter de comparer les fautes et les peines sans tenir compte de leurs auteurs. Moi, j’arrive à comprendre que, à bout d’exaspération, un conjoint puisse lever la main sur l’autre car certain conjoint use l’autre jusqu’à ce qu’il pète un plomb et là, on n’est pas dans le même contexte qu’un chat que l’on jette volontairement contre un mur en béton. Je ne dis pas que toutes les violences conjugales sont de cet ordre mais je dis qu’il peut y avoir des circonstances ou cela peut arriver. D’ailleurs, moi, je ne sais pas comment cela ne m’est pas arrivé avec ma première épouse, mais cela aurait pu m’arrivé si je n’avais pas mis mon coup de poing dans le mur pour l’éviter et quand je l’ai retenu par les poignets pour ne pas qu’elle me frappe, elle a dit que je lui avais infligé des violences en la retenant par les poignets. Mais je ne parle que de moi alors que je disais que la peine me semblait trop légère par rapport au pédigrée de cet individu, comme quoi, il faut toujours prendre en compte l’auteur. Ecrit le 11/02.


    Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.