visiteur(s)

Mes coups de gueule

La voix de la majorité silencieuse

Les études d’un pédopsychiatre sur l’identification des garçons - Actualité

de papebob - 4 mars 2015 -
Mots-clefs: .

Ce pédopsychiatre est parti d’un constat : 60 % de ceux qui décrochent dans leurs études sont des garçons. Pourquoi ? Il a étudié ce qui a changé pour que le résultat en arrive là. Il s’est aperçu que la majorité de ces garçons était en manque de repère de l’image du père à qui ils ne pouvaient s’identifier. En effet l’image de l’homme a été modifiée d’abord par les féministes qui ont voulut remplacer l’image de l’homme par celle de la femme, ensuite par les femmes elles-mêmes qui ont voulut se prouver leurs indépendances et vivre sans homme à la maison, puis par la théorie du genre, très prisée par les enseignants, qui ne laisse plus de place au père, au mari. L’absence de repère d’homme, de mari ou de beau-père est quelque chose de difficile à vivre car je l’ai vécu et à l’adolescence, le moment où on se pose des questions, on n’a aucune réponse à notre questionnement et il faut beaucoup d’amour et de coup de pied aux fesses pour ne pas mal tourner. Moi, j’ai passé ma jeunesse sir le fil rouge et grâce aux limites fixées par ma mère et ma grand-mère, je ne l’ai jamais franchi. J’ai été un jeune qui a commencé à décrocher à l’entrée au collège et j’ai couru plus vite que mes études jusqu’au moment je me suis engagé dans l’armée. Alors, je me suis reconnu dans cette étude et je trouve que ce pédopsychiatre a raison pour ceux qui sont dans ce cas là. Ecrit le 19/02.


    Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.